NewWind, la société de l’« arbre à vent » en liquidation judiciaire

Mar 30, 17 NewWind, la société de l’« arbre à vent » en liquidation judiciaire

Créatrice du concept « l’arbre à vent », la start-up NewWind n’a pas pu tenir longtemps après sa mise en redressement judiciaire et sera bientôt liquidée. C’est donc la fin pour la société qui avait innové en une solution écologique impressionnante et qui a même séduit l’ancien ministre Arnaud Montebourg. La décision a été prise par le tribunal de commerce de Saint-Brieuc. Pour comprendre la procédure, l’administrateur judiciaire  nous explique la liquidation judiciaire.

La fin pour NewWind

gallerie-B50B0690-B

Lorsque la start-up NewWind avait commencé son activité, son produit se présentait comme une innovation dans le secteur de l’environnement. Sa solution est un arbre au tronc d’acier d’une hauteur d’une dizaine de mètres et qui est équipé d’une centaine de feuilles en plastique vert pour fonctionner comme des mini-éoliens installés en plein centre-ville. Malgré une modeste production, l’arbre à vent a réussi d’impressionner beaucoup de monde dont l’ancien ministre Arnaud Montebourg.

Malgré ses belles promesses, le projet a fini par couler et la société NewWind a été mise en redressement judiciaire en décembre 2016 par le tribunal de Saint-Brieuc avec une période d’observation de six mois renouvelable deux fois. Mais ceci n’était pas suffisant pour redresser la barre et la situation s’est aggravée faisant transformer le redressement en liquidation judiciaire, après une décision du même tribunal à la date du 8 mars 2017, soit à peine trois mois après l’ouverture de la procédure de redressement.

Sous une demande de l’administrateur judiciaire qui a pris en charge le dossier, le tribunal a prononcé alors cette mesure après avoir constaté le manque de « trésorerie permettant de régler les salaires en cours ».

Les conséquences de la liquidation judiciaire

newwind

L’annonce de la liquidation judiciaire d’une société annonce la fin de ses activités. Cette décision émane d’une appréciation du tribunal de commerce, après consultation des différents rapports de l’administrateur judiciaire et écoute des représentants de l’entreprise, qui constate l’impossibilité de la réussite du plan de redressement ou de la cession de l’entreprise.

« Lorsqu’il y a liquidation, le mandataire désigné par le tribunal devient liquidateur et se charge de la vente des actifs à disposition de l’entreprise », affirme notre expert. Ainsi, le liquidateur vend l’actif du débiteur pour disposer de la trésorerie nécessaire pour régler les salariés et les créanciers et annoncer après la dissolution de l’entreprise.